Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Patrick Béguinel

Patrick Béguinel

des textes courts, des chroniques, des nouvelles : mon univers...


Une vie qu'il n'avait pas choisie (suite)

Publié par Patrick Béguinel sur 12 Février 2017, 12:05pm

On lui expliqua comment préparer les commandes : d'abord prendre un bon, le scanner, prendre le produit, le poser sur sa palette. Une fois la palette pleine, la filmer, puis la déposer sur l'aire d'enlèvement, où un rouleur viendra la chercher pour l'emmener sur le quai. Boulot passionnant pensa-t-il tout de suite. Il n'imaginait pas à quel point...

Sa journée commença véritablement après toutes ces explications fastidieuses. Il n'en avait pas retenu la moitié, mais il se disait qu'il verrait sur le tas. Après tout, ça n'avait pas l'air très compliqué, il suffisait juste de suivre le protocole, de ne pas réfléchir, d'appliquer bêtement les consignes..

Il prit le premier bon. Il s'agissait d'un simple bout de papier, avec un code barre et le nom du magasin à livrer noté dessus. Il avait cent seize colis à préparer pour celui-ci. Il mit un peu de temps à trouver où se situait le bon produit, ainsi que les suivants, mais au terme de quatre palettes préparées, il se repérait mieux. Pas de quoi fouetter un chat se disait-il. Mais la journée va être sacrément longue.

Elle le fut en effet. Se pencher, prendre le colis, le poser sur la palette, puis recommencer, encore, encore et encore. Répétition du geste, répétition de l'action. Compter, recompter; positionner, repositionner, faire en sorte que rien ne se casse la gueule, et c'est lourd, et il fait froid dans cet entrepôt. Il y avait un courant d'air malsain qui lui glaçait les os. Pas moyen d'avoir chaud, même en s'activant du mieux qu'il pouvait.

Il regarda sa montre, s'attendant à voir l'heure de la pause approcher. celle-ci était prévue à dix sept heures, soit quatre heures après le début de sa journée. Il tomba des nues en constatant que seules deux petites heures étaient passées. Il poussa un soupir de dégout. La journée serait interminable, il le présageait désormais clairement...

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents