Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Patrick Béguinel

Patrick Béguinel

des textes courts, des chroniques, des nouvelles : mon univers...


Une vie qu'il n'avait pas choisi (suite encore, et presque fin)

Publié par Patrick Béguinel sur 27 Mars 2017, 09:17am

Une vie qu'il n'avait pas choisi (suite encore, et presque fin)

Il poursuivit cet effort, celui de retourner bosser dans ces entrepôts, coûte que coûte. Parce qu'il avait besoin d'argent, parce qu'il devait payer le loyer, parce qu'il faut être actif. Jamais, au moment de quitter son trois-pièces, misérable et paradoxalement hors de prix, il ne se disait, en prenant le volant de sa Clio, en faisant quinze minutes de route, en se tapant cette corvée sans nom, qu'il avait ENVIE de le faire. Intérieurement, ça le bouffait, ça le grignotait, comme un cancer, comme une tumeur purulente. Il faisait ce job pour manger. il le faisait uniquement pour cette simple et bonne raison : manger !

Il ne pourrait pas tenir longtemps, c'est ce qu'il se disait. Il arriverait un jour où il allait littéralement péter les plombs, se mettre à hurler alors que sa palette se casserait la gueule et qu'il devrait tout remettre en place pendant une demi-heure, n'accédant jamais ainsi au sacro-saint nombre de colis horaire demandé. Chaque jour, chaque nuit, au matin, au moment du déjeuner, une boule d'angoisse le nourrissait, mieux que les pains au chocolat, mieux qu'un steak grillé. Son angoisse ne cessait de croître et pourtant il continuait d'aller au turbin. Pourquoi ? Pour qui ? Parce que son éducation lui avait enseigné qu'il faut travailler pour vivre. Mais vivre, n'était-ce pas autre chose ? N'était-ce pas se réaliser en tant qu'être humain?

Il pensait, peut-être à tort, qu'il fallait être sacrément courageux pour se lever chaque matin pour aller à l'usine. Certes, les horaires étaient sympas, 7 heures par jour, 35 heures semaine, les week-ends libres, mais... N'y avait-il pas une incohérence dans tout cela. L'envie, l'envie n'était-elle pas primordiale ? Avoir envie de faire ce que l'on aime, avoir envie de se surpasser ? Avait-il rêvé d'une vie comme cela, mais surtout s'était-il donné les moyens de faire de sa vie celle dont il rêvait étant enfant?

Les factures, le loyer, la bouffe à payer, c'est bien joli, mais au fond, tout cela n'est-il pas simplement une excuse pour ne pas se lancer, quitte à se prendre des coups ? Oui, tous ces types qui bossaient avec lui depuis maintenant 6 mois qu'il était dans la place, tous ces types étaient fichtrement courageux de se lever chaque matin. Mais, fondamentalement, n'étaient-ils tous pas aussi incroyablement lâches? Tout n'est qu'une question de point de vue, comme dirait l'autre. Comme un suicide en sorte... Suicider ses rêves en acceptant de faire un boulot juste pour payer ses traites...

Il savait, désormais, qu'il ne tiendrait plus longtemps...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents